Petite histoire du crowdfunding

Le financement participatif n’est pas une nouveauté : depuis le XIXe siècle, des particuliers peuvent contribuer au développement de projets qui les inspirent. Parmi les projets emblématiques ayant abouti grâce à ce mode de financement, on compte la Statue de la Liberté, ou encore la Sagrada Familia de Barcelone (collecte en cours depuis 2 siècles, avis aux intéressés).

La Sagrada Familia : une cathédrale qui se bâtit au rythme des donations depuis 1882
La Sagrada Familia : une cathédrale qui se bâtit au rythme des donations depuis 1882

Plus récemment, le crowdfunding a également permis le développement de projets artistiques, comme ceux de John Cassavetes au cinéma, les productions musicales participatives de MyMajorCompany, ou encore des projets politiques. En effet les campagnes électorales américaines sont largement financées à renfort de participations financières individuelles.

En 2012 Barack Obama est ainsi le premier candidat de l’histoire américaine à créer une plateforme de crowdfunding dédiée au financement de sa campagne. Il y a fort à parier que tous les futurs candidats se doteront d’un outil similaire, là-bas comme ici.

Obama
“Je les ai bien feintés” se dit-il alors qu’il déambule dans la Maison Blanche.

La révolution du crowdfunding ne procède donc pas d’un effet de mode, mais perpétue une pratique au succès avéré, et à la portée démultipliée par Internet. En effet, si d’abord le financement participatif était d’abord synonyme de “don”, il est aujourd’hui employé pour réaliser des profits sur les fonds engagés. En démocratisant l’accès à l’investissement, les plateformes de crowdfunding maximisent ainsi le succès de projets et permettent la rémunération des particuliers qui les soutiennent.

Associer l’ensemble de la population au développement de l’économie réelle en lui redistribuant les produits de sa croissance : voilà la véritable révolution du crowdfunding.

Sommets
En s’empilant les uns sur les autres on atteint des sommets.

Trois facteurs contribuent à expliquer le succès actuel des plateformes de crowdfunding :

  • La désintermédiation, qui permet d’investir directement sans passer par une tierce partie, et d’optimiser ainsi le retour sur investissement ;
  • L’accessibilité, qui permet de choisir des projets dans lesquels investir tout en déterminant soi-même le niveau de sa participation ;
  • L’utilité, ou l’identification d’un projet en fonction de son impact réel sur la société et l’économie ;

Dans le secteur de l’immobilier, l’impact de la révolution du crowdfunding est d’autant plus remarquable que l’investissement immobilier était jusqu’alors réservé aux institutionnels et aux investisseurs les plus fortunés.

Le crowdfunding immobilier a permis de donner accès aux particuliers au financement de projets utiles - la construction de logements - et à forte valeur ajoutée.


StoneRaise est un Conseiller en investissements participatifs (CIP), régulé par l'Autorité des marchés financiers (AMF) et immatriculé au Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance (ORIAS) sous le numéro 17000318.

SAS au capital social de 50.000 euros - RCS Paris 811 995 364 - Siège social : 10, rue de Penthièvre 75008 Paris

AVERTISSEMENT Les offres de financements participatifs comportent des risques et en particulier le risque de perte totale ou partielle des sommes investies et le risque d'illiquidité.